Le FBI veut vous pirater si vous utilisez TOR ou un VPN

fbi-espionnage-tor-vpn

Le FBI veut espionner votre vie numérique. Ce n’est pas une dénonciation, mais une chose banale quand on regarde la merde sécuritaire de ces dernières années. Mais le FBI est actuellement limité dans ses mouvements par le 4e amendement de la Constitution Américaine qui stipule qu’on n’a pas le droit d’espionner ou d’arrêter quelqu’un si on n’a pas obtenu un mandat d’un juge.

Un changement minimal dans la procédure d’investigation

Le département d’investigation de la justice tente de court-circuiter les protections du 4e amendement pour changer les règles d’investation dans une procédure criminelle. Ces règles indiquent aux agences la façon de mener leurs enquêtes allant de l’investigation sur le terrain jusqu’au procès. Et ces règles ont été mis en place pour éviter les abus, mais le FBI veut passer outre sur le fait de demander un mandat pour mener des investigations poussés.

Cette nouvelle règle s’appelle la Federal Rule 41(b) et elle permet au FBI de contourner la nécessité d’un mandat s’il enquête sur des machines qui utilisent des connexions sous TOR ou un VPN. Sur le plan officiel, le FBI estime qu’il est nécessaire d’avoir cette liberté pour enquêter sur des ordinateurs qui sont utilisés comme des Botnets ou qui sont infectés par des virus. S’ils devaient attendre le mandat, alors ils ne pourraient jamais vérifier le contenu de la machine puisque le Botnet se base souvent sur des PC zombies à l’insue de leur propriétaire légitime.

On peut penser que c’est juste un changement technique, mais c’est un abus considérable dans la procédure. La règle standard 41 stipule que le tribunal délivre un mandat (limité par le district) du moment que les agents fédéraux puissent identifier la personne et le lieu à enquêter ainsi que les suspicions qui pèsent sur cette personne. Mais désormais, le FBI veut changer les règles en évitant de donner les raisons de l’enquête. Il n’aura pas à justifier sur le pourquoi et le comment de l’enquête.

En termes clairs, le FBI peut espionner votre PC, votre Smartphone et votre tablette même si vous n’avez pas commis de crime.

Le FBI peut vous espionner même si vous n’avez rien fait

Et vous pouvez être impliqué du moment que vous croisez le chemin du FBI. Par exemple, l’amendement proposé permettrait à des agents d’utiliser des techniques tels que créer des comptes fictifs pour attirer leurs cibles ou un faux site qui ferait office de pot de miel. Si vous cliquez sur ce site, vous téléchargeriez un malware gouvernemental et vous exposeriez vos appareils à une enquête des agents fédéraux. Il existe de nombreux forums et de sites qui sont critiques envers le gouvernement et les visiteurs de ces sites seraient de cibles parfaites pour cet amendement.

Evidemment, cet amendement est en conflit direct avec la Constitution. Cette dernière stipule que les agences fédérales n’ont pas le droit de vous espionner virtuellement ou physiquement sans un mandat en bonne et due forme. Ce mandat doit inclure tous les motifs qui détermine la mise en place d’une enquête. Et ce mandat doit identifier clairement ce que les agents recherchent sur le domicile ou le PC de la victime. Si vous supprimez ces barrières, alors le FBI peut vous espionner sans aucune explication.

La Constitution n’est pas faite pour les chiens

Le FBI n’est pas la première agence à défier le 4e amendement. Dès les années 1960, on a eu le Congrès américain qui a stipulé clairement les limites de l’espionnage et de l’investigation fédérale. A l’époque, les législateurs voyaient déjà les abus d’une enquête sans aucun fondement juridique et cette règle 41 est une bonne mesure pour protéger les citoyens des agences gouvernementales.

On peut arguer que les choses ont changés depuis 1960, mais la législation se base sur des concepts et non des changements technologiques. Même si on a des appareils qui communiquent en permanence, la protection sur les lois de la vie privée restent toujours effectives. La Cour suprême, dans l’affaire Riley contre Californie, avait statué que l’espionnage de la vie privée est plus intrustive qu’une fouille au domicile.

Le FBI sait pertinemment les dangers de contourner le 4e amendement et c’est pourquoi, il veut faire passer la pilule en le traitant comme un simple changement technique dans la procédure.

Source

Publicités

2 commentaires

  1. FBI ou pas, je préfère utiliser un VPN qui complique la tache du FBI !! Si j’ai un conseil à donner, c’est choisir un VPN fiable ! et qui permet de bloquer les commandes de Botnets comme celles du FBI… comme VPNsec ou activpn (qui est français, cocorico !) ….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s