La technologie est revenue au modèle d'IBM

mode-ibm

L’année 2015 nous promet un monde qui est toujours plus connecté. Le CES 2015 glorifie l’internet des objets, le Cloud à toutes les sauces et le fait que tout soit connecté à internet. Les personnes qui critiquent ce monde connecté sont considérés comme des attardés mentaux et des menaces contre le progrès technologique. Mais quand on gratte la surface de ces tendances, on se rend compte que la technologie que nous glorifions est retournée au Moyen-âge de la technologie qui était symbolisé par l’écœurant Model Business d’IBM.

IBM, le premier géant du web

L’informatique est semblable à un moteur de diesel. Il a fallu des décennies pour la démarrer, mais aujourd’hui, elle a atteint un rythme de croisière qu’on peut qualifier d’exponentiel. Prenons l’exemple de Xiaomi. Cette entreprise existe depuis 4 ans et elle est déjà devenue le 3e constructeur le plus important au monde. On a des achats de plusieurs milliards de dollars pour des applications de merde et qui brillent par leur inutilité. L’application Yo qui disait juste Yo a levé un investissement d’un million de dollars parce que c’est cool.

La technologie actuelle est totalement contaminée par la spéculation financière qu’on voit sur les marchés financières. Il y a quelques années, j’ai travaillé comme un analyste de donnée pour des sites spécialisés dans la finance et la moitié du temps, on n’avait aucune idée de ce qu’on faisait. On traitait juste les chiffres au hasard en espérant que le château de cartes continue à tenir. Et on voit la même tendance sur la technologie. Mais le pire n’est pas la spéculation, mais que les géants du web ont totalement abandonnés l’idée d’un Business Model qui avantage ses utilisateurs.

A une époque, IBM détenait le monopole absolu de l’informatique. Il vendait les ordinateurs et le système même s’il ne faisait pas vraiment de la vente. En réalité, IBM louait ses appareils pour une somme monstrueuse à l’année et on n’avait même pas le droit de toucher aux appareils. Il fallait que les techniciens d’IBM interviennent et qu’ils nous fassent payer la facture.

Par la suite, Microsoft et les constructeurs de PC se sont affranchis de ce modèle d’IBM. On achetait un PC pour soi et on pouvait acheter des logiciels, des jeux et tout ce qu’on voulait. On pouvait installer et désinstaller le logiciel comme on voulait et on n’avait aucun problème. On pouvait ne pas utiliser un logiciel pendant des années et il restait fonctionnel dès qu’on lançait l’installation. Le modèle de Microsoft n’était pas parfait, mais au moins, il nous donnait l’illusion qu’on possédait nos systèmes. Mais de nos jours, il faut chercher dans les recoins du web pour trouver un logiciel qu’on peut installer à l’ancienne.

Le modèle d’abonnement, la pire des prisons pour les utilisateurs

Aujourd’hui, si vous voulez profiter des services qui font la tendance, vous ne pouvez pas acheter, mais juste louer pendant une durée indéterminée. De nombreuses personnes apprécient la plateforme Steam et il est vrai qu’elle possède des avantages. Elle nous a permis d’abandonner le modèle des jeux sur DVD où on devait prier pour que ce DVD de merde ne soit pas défectueux à la livraison. Mais les inconvénients sont également très nombreux. Que ce soit pour l’achat, l’installation, le jeu et même la désinstallation, on est obligé de passer par le logiciel de Steam. Et cette merde va lancer des téléchargements en arrière-plan sans jamais demander notre avis.

La même chose est valable pour Origin. Si vous désinstallez son logiciel, un message va s’afficher vous disant que vos jeux achetés sur Origin ne pourront peut-être pas fonctionner correctement. Si vous êtes obligés de demander une autorisation pour faire quelque chose sur un bien donné, alors vous n’avez jamais été le propriétaire de ce produit. La plateforme vous donne uniquement le droit de l’utiliser et c’est la définition du modèle par abonnement. Et on retrouve cette même pratique sur Google Play ou l’Apple Store. Chaque géant du web vous promet une meilleure expérience si vous passez par son logiciel à la con.

L’ère des installeurs web

Un signe flagrant est lorsque vous voulez télécharger un logiciel. A tous les coups, le service va juste vous donner un installeur web. C’est à dire une petite application qui va télécharger tous les fichiers. Pourquoi passer par 2 étapes alors qu’on pouvait le faire avec une seule en utilisant un bon fichier Setup.exe ? Le fait est que ce type de méthode d’installation vous empêche d’installer l’application selon vos besoins. Vous n’avez aucun contrôle sur la surveillance qu’il exerce sur votre système et comment il se met à jour automatiquement sans jamais demander votre autorisation.

Ces installeurs déclenchent la haine des utilisateurs, car il n’est pas rare que l’installation se bloque à 90 % et que vous êtes obligés de tout recommencer à partir de zéro. C’est pourquoi, Google propose désormais une version complète de Chrome et c’est la même chose pour Microsoft si vous voulez installer Skype. Mais le fait qu’ils le proposent comme une méthode alternative et qu’il faut vraiment chercher pour trouver le lien du logiciel complet.

L’un des meilleurs exemples du modèle d’abonnement est la suite d’Adobe. En 2013, Adobe a abandonné le concept de ventes de logiciels et il est passé à un abonnement mensuel. Pour une petite somme mensuelle, vous aviez le droit d’utiliser tous les programmes tels que Photoshop, Illustrator, Adobe Premiere, etc. Le succès a été tellement foudroyant qu’Adobe a vendu 68 abonnements en 2013 et que la totalité des utilisateurs a préféré rester sur les anciennes suites parce qu’on pouvait les installer sans aucune activation en ligne.

En fait, cette transition d’Adobe a fait perdre près de 12 % à l’action de la compagnie en l’espace de 8 mois. On peut penser que ce type d’entreprise possède des gens intelligents, mais ce sont des personnes avec une mentalité qui tourne en boucle et surtout que leur priorité est devenu le bien des actionnaires plutôt que ceux des utilisateurs.

L’ère du Hardware verrouillé sur mesure

On peut dire que c’est le bordel et une merde absolue sur le plan logiciel et on pourrait penser que les choses vont aller mieux sur le Hardware. Depuis 2005, le Hardware se base sur une approche évolutive dans la mesure où toutes les cartes mères, les cartes graphiques et les processeurs sont compatibles entre eux. Après la venue de Microsoft dans les années 1990, on se souvient que des fabricants comme Dell ou HP exigeaient qu’on utilise des composants exclusifs. C’est à dire que si vous aviez une carte mère Asus, alors il vous fallait également une carte graphique Asus sinon c’était incompatible. On pensait que cette époque écœurante était révolue, mais des signes montrent qu’Intel et consort pense à le remettre au gout du jour.

Pour 2015, Intel prévoit de lancer l’architecture Broadwell qui concerne la future des générations de processeurs. Il nous promet monts et merveilles, mais il nous dit aussi que si on veut profiter de cette architecture, il faudra débourser pour une carte mère, une carte graphique, la RAM et même le disque dur. Un exemple flagrant de cette tactique est le processeur Intel 5960X qui a été lancé en 2014. C’est un CPU hybride qui coûtait 1000 dollars, mais ce n’est pas tout. Pour l’utiliser, vous deviez acheter une carte mère spéciale, de la RAM spéciale et une carte graphique spéciale. Et le pire est que cette configuration hybride de merde est incompatible avec l’architecture Broadwell qu’Intel va lancer en 2015.

On pourrait arguer que c’est une tactique typique d’un vendeur sans scrupule, mais le pire a été les louanges sans borne des médias spécialisés sur le fait que tout le monde devrait acheter cette configuration hybride parce que c’est cooool d’avoir le dernier modèle sur le marché.

La génération des utilisateurs  » J’accepte qu’on m’encule « 

Il y a quelques jours, un chercheur de l’université de Manchester a publié un article sur ce qu’ils appelle la génération perdue des utilisateurs. Cela concerne la génération des personnes nés après l’an 2000 et ils estiment que cette génération ne connait rien à la technologie. Ils sont nés dans un monde où on les a conditionné à acheter des produits prêts à l’emploi et à les jeter au moindre pépin. Cette étude montre que la plupart des jeunes actuels ne savent même pas démonter un PC ou un Smartphone et qu’ils nous prendraient pour des dingues si on leur disait qu’on peut assembler un PC à partir de zéro.

Quand on voit de tels comportements, on se dit que le modèle d’IBM a totalement atteint son objectif. Les géants du web ont compris l’intérêt de ce modèle qui est de faciliter la vie au maximum à l’utilisateur pour l’enculer plus facilement par la suite.

Evidemment, dans ce tableau sombre de la technologie, il y a toujours des gens qui résistent. GoG.com propose des jeux qu’on peut télécharger intégralement. F Droid se concentre sur les applications les plus libres et celles qui demandent le moins de permissions. Mais cela reste une minorité comparé à la masse qui lèchent le cul des géants du web jusqu’à s’en râper la langue. Il est évident qu’on ne peut pas se passer totalement des services proposés par les géants, mais il est important de connaitre des alternatives et de ne pas entièrement dépendre des décisions prises par des actionnaires dont le seul intérêt est l’augmentation de leurs bénéfices.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s