Je préfère être SDF que de travailler pour Amazon

Nichole-Gracely

The Guardian nous raconte l’histoire de Nichole Gracely, une employée d’Amazon qui était considérée comme l’une des plus productives de l’enteprise. Mais après avoir subi un rythme de travail acharné, elle quitte l’entreprise et porte plainte contre Amazon. Elle se retrouvera SDF pour avoir fait ça.

Nichole Gracely raconte son quotidien de forçat où elle devait tenir le même rythme 10 heures d’affilée. Elle travaillait pour l’ISS, un sous-traitant d’Amazon pour le traitement et la livraison des commandes. Il n’y avait quasiment pas d’heure de pause et elle devait même travailler pendant les Week-ends et les congés pendant les périodes pointes (oui, vous l’avez forcé à travailler comme une esclave avec vos Black Friday de merde). L’environnement de travail était dans un isolement total et chacun de ses mouvements était surveillé. Les employés sont considérés comme des mendiants, car l’ISS savait qu’ils avaient besoin du job et il pouvait les virer en un clin d’oeil.

Un jour, elle en a eu marre et elle a décidé de parler des pratiques esclavagistes d’Amazon. C’était en 2012 où on venait à peine de découvrir ce type de pratique. Nichole Gracely a parlé à des reporters, des blogueurs pour essayer de propager son histoire, mais sans grand résultat.

Les choses ont commencés à se dégrader. Elle n’avait plus d’argent, personne ne voulait plus l’engager, car un recruteur qui cherchait son nom tombait sur son affaire de protestation contre Amazon (C’est un négrier, mais on la ferme chez Amazon). Elle a tout vendu dans son appartement et elle est devenue SDF, car elle ne pouvait plus payer son loyer. Elle a commencé à mendier avec une pancarte intitulée  » J’étais une employée chez Amazon, j’ai fait des études supérieures et maintenant je suis SDF. Tout aide sera la bienvenue « . Nichole Gracely raconte qu’elle fait plus d’argent en une heure avec la mendicité qu’avec les petits boulots de merde qu’elle avait enchainé dans le passé.

Elle a changé beaucoup de place en tant que SDF et elle s’est même posée à coté d’un entrepot d’Amazon et elle a encore fait plus d’argent, car les employés comprenaient exactement la vie qu’elle a pu avoir. Nichole Gracely raconte qu’elle a rencontré beaucoup de SDF qui étaient intelligents, mais qui étaient handicapés et qui ne pensaient pas que le système les rejetterait à ce point.

Nichole Gracely estime qu’elle n’a pas le profil d’un SDF. Elle a fait des études supérieures, elle a publié un article universitaire, elle a contribué sur des sites et on ne pense pas qu’une telle personne puisse finir dans la rue. Mais Nichole Gracely ne se plaint pas. Elle vit bien grâce à la mendicité (relisez cette phrase, putain) et elle essaye de s’en sortir comme elle peut. En fait, elle est en meilleure santé et heureuse en étant SDF qu’en travaillant pour Amazon pour un salaire de merde.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s