Le recensement avec les données de téléphones mobiles

recensement-telephone-mobile

Le recensement permet de connaitre le mode de vie de la population sur une région géographique, le nombre moyen de personnes vivant dans un logement. Le recensement fournit des données essentielles à l’urbanisme d’un pays.

Le problème est qu’un recensement pouvait prendre des années, car il fallait envoyer des personnes chez les habitants ou utiliser des mailing liste ou des contacts téléphoniques.

Mais des chercheurs ont effectués un recensement en utilisant des données de téléphone mobile et ils estiment que la précision des résultats est équivalente à celle d’un recensement standard.

L’initiative fait partie du projet WorldPop, un projet Open Source sur la cartographie des populations à travers le monde. A cet effet, ce recensement avec les données de téléphone mobile a été mené par Catherine Linard de l’université libre de Bruxelles et Pierre Deville de l’université catholique de Louvain en Belgique. Ils sont effectués un recensement en France et au Portugal. Ils ont utilisés des données qui ont étés anonymisés sur près de 1 milliards d’appels qui ont été fournis par les principaux fournisseurs des pays respectifs.

Les appels provenant du Portugal provenait de 2 millions d’utilisateurs, soit 20 % de la population et ceux de la France était de 17 millions d’utilisateurs, soit 30 % de la population. Chaque appel contenait des données concernait la tour d’appel, la durée d’appel et l’identifiant de l’utilisateur qui est utilisé pour les factures.

Ces données ont permis de déterminer le mouvement des populations pendant les périodes normales et estivales ainsi que l’affluence touristique pendant certaines périodes de l’année. Dans le cas de la France, les données portait seulement sur 1 jour à cause de la politique de rétention des données.

Ils ont comparés ces données avec l’analyse par l’imagerie satellite et ils ont trouvés que les résultats étaient plus ou moins fiables. La méthode n’est pas parfaite, car il faut l’adapter pour chaque pays. Cependant, son atout est qu’on peut l’utiliser dans tous les pays sans exception, car même les pays pauvres ont une forte pénétration d’utilisateurs mobiles.

Par exemple, le dernier recensement au Congo date de 1984. Actuellement, le pays compte près de 70 % d’utilisateurs mobiles ce qui pourrait faciliter des recensements réguliers et à moindre cout.

Source

 

Publicités