Le fondateur de Liberty Reserve est extradé aux Etats-Unis

liberty-reserve

En mai 2013, les autorités américaines avait arrêtés le fondateur de Liberty Reserve qui était un service de transfert d’argent qui ne passait pas des circuits classiques et qui était utilisé prétendument pour le blanchiment d’argent.

Arthur Budvsky, un citoyen de 40 ans vivant au Costa Rica, avait lancé Liberty Reserve en 2006 et il comptait près de 1 million d’utilisateurs en 2013. Les autorités américaines estiment que le service avait géré des transactions de près de 6 milliards de dollars, mais la plupart de ses clients utilisaient Liberty Reserve pour blanchir de l’argent ou acheter des choses illégales telles que la drogue, des armes ou des botnets.

L’affaire de Liberty Reserve avait fait beaucoup parler d’elle puisque les autorités américaines avaient fait pression sur le Costa Rica et ils avaient pris d’assaut la maison d’Arthur Budowski avec des forces spéciales comme s’il était un énorme baron de la drogue.

Le problème est que Liberty Reserve utilisait aussi des monnaies virtuelles telles que le Bitcoin et on voit le chemin parcouru par les gouvernements qui adoptent en masse le Bitcoin maintenant qu’ils ont retirés toute sa substance.

Budowski risque entre 10 et 20 ans de prison pour le blanchiment d’argent et complicité dans le trafic de drogue.

La puissance de Liberty Reserve est qu’il avait un réseau mondial en court-circuitant totalement le circuit bancaire classique et les gouvernements. Ces derniers n’ont aucun problème avec l’argent de la drogue puisque la moitié des dollars américains circulant à Washington sont imprégnés de cocaïne.

Source

Publicités