86 % des Community Manager et experts de réseaux sociaux sont des arnaqueurs et des incompétents

arnaque-community-manager

Face à l’augmentation des nouveaux métiers du web, l’AFL (American Federal Labour) a demandé à Analytics Research de vérifier la fiabilité des métiers tels que ceux qui sont annoncés comme des experts de réseaux sociaux et des animateurs de communauté ou Community Manager.

Le rapport qui est encore en version privée et qui sera publié à la fin d’octobre montre un état des lieux assez proche de la misère et de l’arnaque. L’étude portait sur les profils des Community Manager et des experts de réseaux sociaux aux USA, en Allemagne, en Angleterre, en France et en Italie. On a étudié 25 800 profils appartenant à ces métiers du web ainsi que 1280 entreprises sur une période allant de début 2012 jusqu’à la moitié de 2014. On a eu une progression de l’étude avec une emphase particulière sur les outils utilisés par les Community Manager et leur impact sur l’image de l’entreprise.

On a posé des questions sur les compétences concrètes concernant le Community Manager et l’expert de réseaux sociaux. Par compétences concrètres, l’AFL demandait si le fait d’engager un Community Manager ou un consultant en réseaux sociaux avaient augmenté les ventes et le chiffre d’affaires des entreprises.

Des résultats qui montrent qu’il ne faut jamais engager ces crétins !

Sur les 1280 entreprises, 56 % ont répondus qu’elles avait déjà engagés des Community Manager ou des experts en réseaux sociaux pour animer exclusivement la présence numérique sur le web. Et 35 % ont répondus qu’elles envisageaient de le faire dans les 2 années à venir.

Sur les entreprises qui ont répondus, 92 % ont affirmés qu’elles n’avaient pas remarqués une amélioration de leur chiffre d’affaire et de leurs ventes. Et il y avait même 3 % qui ont affirmés que l’image de leur entreprise a subi des impacts négatifs après avoir engagé des Community Manager ou des experts de réseaux sociaux.

Des compétences proches de zéro

Ensuite, les cabinets ont testés la compétences des Community Manager et des experts en réseaux sociaux. Et les résultats sont Collector. Sur un questionnaire concernant l’administration avancée de groupes et page Facebook, 78 % des profils ont répondus avec une majorité de mauvaises réponses.

Concernant la promotion par canaux divers, l’étude montre que les Community Manager n’ont aucune idée des meilleurs canaux de distribution et ils se contentent de publier comme tout le monde sur Facebook et Twitter. L’étude conclut que la plupart des Community Manager et experts en réseaux sociaux ont des compétences basiques, mais qu’ils n’ont aucune expérience ou compétence sur le concept de l’engagement ou de la communication. Par ailleurs, les 2 cabinets insistent sur le fait que la plupart des profils ont répondus qu’ils utilisaient des outils automatiques pour surveiller la présence des entreprises sur le web alors que ces outils sont loin d’être fiables selon une autre étude publiée par Gartner en 2011.

En plus d’une automatisation à outrance, le suivi des contenus et de leurs publications montrent que les Community Manager ne recherchent pas les clients cibles de l’entreprise, mais ils se contentent de relayer l’information au plus grand nombre. Et parfois, le résultat est que le contenu promotionnel tourne en circuit fermé sans atteindre sa cible d’origine.

L’étude sur la compétence réelle estime qu’une moyenne de 86 % des Community Manager et Experts en réseaux sociaux ont une idée plus ou moins vague de ce qu’ils sont censés faire pour promouvoir l’image de l’entreprise qui les ont engagés.

Des salaires et des tarifs exorbitants

L’AFL a surtout financé cette étude puisqu’elle reçoit de nombreuses plaintes de la part d’entreprises qui se sentent floués par la tarification imposée par ces profils des nouveaux métiers du web. Et il n’y a aucun barème officiel ce qui fait que les prestataires peuvent faire ce qu’ils veulent. Par les prix sondés, on a les chiffres suivants :

  • Un salaire minimum de 2 300 dollars par mois pour une animation en continu.
  • Un tarif allant jusqu’à 18 000 dollars pour un audit complet de l’entreprise.
  • Des séances de formation pour les employés allant jusqu’à 800 dollars par séance.
  • La tranche des salaires peut aller de 2300 jusqu’à 7000 dollars dépendant de la réputation des prestataires

L’étude estime qu’il est important d’avoir un barème officiel, mais également des plans de vérification sur la compétence de nouveaux métiers de web qui sont appelés à augmenter dans les années à venir.

L’animation d’une communauté numérique n’est pas à la portée du premier venu et par ailleurs, une majorité des Community Manager et experts en réseaux sociaux avaient très peu de connaissances sur la thématique et le secteur de l’entreprise concernée.

Mise à jour : Les modifications sur les références ont été corrigés.

Publicités