Google, Facebook et Microsoft rejettent les lois anti-piratage en Australie

Google, Facebook et Microsoft ont rejetés les demandes des Majors pour accepter des lois contre le piratage qui seraient plus strictes. Les Majors demandaient à ce que les fournisseurs de contenu soit les nouveaux surveillants et qu’ils imposent eux-même une riposte graduée allant du blocage de contenu jusqu’à la suppression du compte.

Dans son communiqué, les géants du web ont estimés que ce type de loi pouvait mener à un précédent moral dangereux dans la mesure où les Majors se contenteraient de sanctionner les pirates plutôt que de proposer des services plus efficaces et plus libres pour les consommateurs.

C’est beau sur le papier, mais on sait que les géants du web censurent le contenu à la moindre mise en demeure. Mais cela reste une bonne chose quand même.

On doit également comprendre que le surcoût serait énorme pour les géants du web s’ils devaient surveiller tous les contenus et c’est la radinerie qui motive cette prétendue défense des consommateurs plutôt que de se battre pour la neutralité du net qui disparaîtra dans quelques jours avec les nouvelles propositions du FCC.

Publicités