Comment internet change notre manière de travailler ?


Imaginez que vous soyez un commerçant qui vit en Espagne en 1795. Vous êtes suffisamment évolué pour comprendre que votre roi, Carlos IV, n’est pas un Dieu vivant comme le pensaient les Egyptiens avec leur Pharaon, mais vous pensez toujours qu’il possède un droit divin sur vous. A cette époque, vous ne pouvez même pas imaginer un pays qui ne serait pas gouverné par un roi qui vous fournirait sa protection et sa bienveillance.

decentralisation

Bien sûr, vous avez entendu parler d’une étrange rebellion en Amérique du Nord où des colons britanniques prétendent qu’ils peuvent vivre sans un roi. Vous entendez également parler d’une révolution sanglante en France où un groupe d’illuminés a tué le roi, a remplacé le gouvernement et il a quasi détruit de nombreuses belles choses en une nuit. Mais vous pensez que ces expériences sont vouées à l’échec, car cela ne peut pas se passer comme ça.

De votre point de vue, vous pensez que l’idée que des citoyens se gouvernent par leurs propres moyens est impossible à envisager. C’est comme si on un enfant pouvait être élevé et éduqué sans aucun professeur ou qu’une ferme pourrait tourner sans aucune aide extérieure. Les gens peuvent toujours essayer, mais un roi sera toujours plus sage et plus bienveillant que tous ces huberlulus qui prétendent changer le monde.

Et bien, on sait aujourd’hui ce qui s’est produit avec les expériences démocratiques de ces huberlulus. Cela a fonctionné et même que cela marche du tonnerre. La démocratie a triomphée en Europe, en Asie, aux Etats-Unis et même si elle n’existe pas dans tous les pays, on peut dire que c’est l’idéologie qui a triomphée de toutes les autres dans l’aspect politique, sociale et économique. Et au délà de l’aspect démocratique, cette idéologie a changée notre manière de percevoir le gouvernement, de comprendre le droit des gens et de l’importance de l’opinion publique. Et le fait est que ces aspects existent même dans les pays qui ne sont pas démocratiques.

Et aujourd’hui, nous sommes dans la première phase d’une nouvelle révolution concernant le monde du travail et elle sera aussi spectaculaire que la révolution gouvernementale.

Comme la démocratie a changée la manière de penser nos gouvernements, celle du travail nous amènera à changer notre perception face au contrôle.

Qui doit posséder le pouvoir ? Qui doit contrôler ? Qui est responsable ?

Et comme la démocratie a amené plus de liberté au monde, celle du travail permettra aux gens d’être plus libres. Un monde dans lequel le pouvoir et le contrôle dans le travail sera plus important que toutes les précédentes révolutions industrielles. Un monde dans lequel les personnes seront de plus en plus l’axe central de leur entreprises.

Dans ce nouveau monde du travail, des millions de personnes connectées prendront leurs décisions en utilisant des informations provenant d’autres endroits. En fait, cette révolution est possible grâce à l’avènement des nouvelles technologies qui nous permettent d’accéder à une quantité d’information inimaginable.

Mais le vrai visage de cette révolution ne se basera pas sur ces technologies. Mais il viendra de nos besoins humains d’être plus efficaces et flexibles. Mais au délà de l’aspect quantifiable et monétisable, les travailleurs chercheront également l’accomplissement et la satisfaction personnelle.

En d’autres termes, le principal atout de cette révolution : Pour la première fois dans notre histoire, les nouvelles technologies nous permettront d’avoir des bénéfices économiques provenant de grandes organisations tout en évitant de sacrifier nos besoins personnels tels que la liberté, la créativité, la motivation et la flexibilité.

Et cette révolution a déjà commencée. Depuis quelques années, on parle régulièrement des aspects tels que l’Empowering des travailleurs, l’Outsourcing dans tous les domaines et la création de réseaux ou de compagnies virtuelles. Nous avons vu les prémices avec la bulle technologique de 2000 où le slogan était : internet est en train de tout changer. Et nous le voyons tous les jours, car les gens possèdent de plus en plus de choix dans leur manière de travailler.

Mais comme le commerçant de l’Espagne de 1795, on ne comprend pas totalement les implications de cette révolution. Même si nous crions les termes de liberté et d’Outsourcing dans tous les coins du web, nous sommes encore conditionnés sur le fait que quelqu’un doit être responsable. Nous supposons que les Managers des entreprises doivent être les responsables de ce qui se passe dans l’entreprise et que le pouvoir doit toujours venir d’en haut et qu’il doit être délégué vers le bas.

Mais les forces économiques et technologiques font que cette manière de penser est de moins en moins utile. De nouvelles manières de travailler deviennent possibles et le Management est en train de changer. Cela nous donne plus de choix sur comment nous pouvons changer le monde.

Quelles seront les nouvelles méthodes de travail ?

 

Il existe un terme technique pour cette nouvelle organisation du travail et c’est le mot Décentralisé. Mais encore une fois, les gens ont une vision très limitée de la vraie signification de ce terme. Si vous travaillez aujourd’hui et que vous entendez le mot décentralisation, vous pensez que c’est le fait que la hiérarchie supérieure délègue plus de pouvoir au bas de l’échelle de l’entreprise. Par exemple, des vices-présidents qui peuvent prendre des décisions qui seraient normalement prises par le CEO.

Mais cette organisation du travail ne fait que gratter la surface de ce qui est vraiment possible. On devrait voir la décentralisation sur la participation des gens qui prennent des décisions qui sont importantes pour eux. Et dans ce sens, la décentralisation signifie plus de liberté et non plus de pouvoir. Et il existe différents types de décentralisation.

La décentralisation de type continuum

 

Si on devait illustrer ce concept, on verrait une organisation très centralisée sur la gauche. Par exemple, l’armée est l’exemple typique de l’organisation centralisée, mais une décentralisation de type continuum se base sur trois principaux concepts : des hiérarchies modulaires, la démocratie et les marchés. Et quand on progresse de la gauche vers la droite, on a d’abord des hiérarchie modulaires qui mènent vers la démocratie, les marchés et finalement sur la quantité de liberté que les gens possèdent sur leur prise de décision.

Par exemple, on a déjà des entreprises qui ont des hiérarchies modulaires où elles délèguent des décisions très importantes au bas de l’echelle de leur organisation. De nombreuses firmes de Consulting permettent à des partenaires individuels de prendre toutes les décisions les plus importantes sur un projet. Chez AES Corp, l’un des plus grands producteurs d’électricité au monde, des travailleurs situés au bas de l’échelle peuvent prendre des décisions critiques de plusieurs millions de dollars concernant l’acquisition de nouvelles entreprises. Et l’exemple le plus extrême de la hiérarchie modulaire est le système Linux qui est maintenu par des développeurs volontaires à travers le monde.

Mais est-ce que c’est vraiment la définition de la décentralisation ?

Car ces exemples nous montrent juste une délégation du pouvoir qui vient d’en haut vers le bas. Mais pourquoi ne pas faire en sorte que le pouvoir et la prise de décision viennent de tous les cotés de la hiérarchie.

Imaginez la quantité d’énergie et de créativité possible si on permettait à tout le monde de participer à l’entreprise de manière égale ?

L’extrême droite de ce nouveau monde du travail permettrait d’avoir une liberté absolue. Et de nos jours, il existe des entreprises qui fonctionnent comme une démocratie en miniature où les employés votent pour la prise de décision. On a également des responsables qui lancent des sondages pour demander leurs avis à tous les employés de l’entreprise. Dans des cas rares, les employés possèdent l’entreprise comme c’est le cas de la coopérative Mondragon Corporation en Espagne. Les employés peuvent élire une sorte d’assemblée de directeurs et ils peuvent voter sur les principaux problèmes. Mais il y a toujours une hiérarchie dans ce type de système. La vraie décentralisation est que les employés pourraient voter pour licencier ou engager des superviseurs à tous les niveaux de la compagnie et non pas uniquement sur les niveaux supérieurs ? Et ces employés auront leur mot à dire sur chaque décision allant de l’achat de l’encre pour l’imprimante jusqu’à l’achat d’une nouvelle entreprise.

Et ce type de concept du travail est propre aux marchés financiers. Car dans ces derniers, personne ne prend une décision sur laquelle elle n’est pas d’accord. Aucun investisseur ne se base sur sa hiérarchie ce qu’il peut vendre ou acheter. En fait, tous les acteurs d’un marché financier s’accordent mutuellement en se basant uniquement sur les contraintes financiers, leurs capacités et les règles générales du marché.

Et on peut utiliser ces méthodes pour sous-traiter des choses que l’entreprise devait se charger en interne. Et aujourd’hui, les compagnies sous-traitent de plus en plus allant de la conception aux ventes. Et quand on regarde certaines grosses compagnies, on se rend compte qu’elle n’existent même pas réellement. Par exemple, les travailleurs indépendants forment une énorme chaine de production à travers le monde sans qu’il y ait un pouvoir central pour tout diriger. La création d’un film est un concept de décentralisation. Le producteur, le réalisateur, les acteurs viennent tous de secteurs différents pour produire un résultat final. Le seul accord mutuel est le genre et la qualité du film.

La décentralisation nous permet également de voir des micro-marchés qui se créent à l’intérieur des entreprises. Dans de nombreuses compagnies actuelles, on a des employés qui vendent et achètent les produits de la compagnie. Ainsi, une entreprise de semi-conducteur en Australie a permis à ses employés de vendre et d’acheter les puces de l’entreprise. Cela a crée un micro-marché de l’électronique et l’entreprise a pu avoir un retour immédiat sur la qualité des produits en traitant leurs employés comme des consommateurs.

Et ce type de nouvelles méthodes sera de plus en plus présent dans le futur. Mais pour comprendre cette révolution, on a besoin de comprendre ce qui a crée la séparation de la centralisation avec la décentralisation.

Pourquoi une telle chose s’est produite ?

 

Certes, il y a des dizaines de facteurs qui peuvent influencer la prise de décision dans une entreprise.

  • Qui possède l’information pour prendre de bonnes décisions ?
  • Qui possède le pouvoir de décider et sur quelle confiance se base-t-elle ?
  • Qui sont les individus qui ont le pouvoir de décider et quelles sont leurs motivations ?
  • Quels sont les aspects culturels de l’entreprise et de son pays pour désigner les types de personnes qui peuvent prendre des décisions ?

Tous ces facteurs nous incitent à penser que la prise de décision est impossible à prédire et que cela varie pour chaque cas. Mais même si les facteurs sont différents, il y a une ligne directice globale qui les contrôle. Et c’est cette ligne directrive qui fait que nous assistons à cette révolution. Et quand on étudie l’histoire, on se rend compte que cette ligne directrive a permis les plus grands changements que l’humanité a connue dans son histoire.

Cela a changé notre manière de travailler, de penser et cela a changé la société humaine.

Et ce facteur déterminant est :

Le cout de la communication

Si on remonte dans le temps, on voit que les premières communications se basaient sur le mode verbal face à face. Cela a permis aux humains de s’organiser en bandes et d’aller chasser et de s’établir de manière temporaire ou permanente. Pendant des milliers d’années, les hommes ont toujours vécus de cette façon composés de groupes et de clans. Par la suite, les hommes ont domestiqués les animaux et de nouveaux moyens de transport sont apparus. La communication a changée et cela a permis à ces groupes éparpillés un peu partout de se rassembler ce qui a permis de créer des villes et des royaumes gouvernés par des rois et des empereurs.

Et cette évolution de la société a permis à ces royaumes de contrôler et parfois d’anéantir les groupes qui refusaient d’embrasser ce nouveau mode de pensée et de communication. Et si on voulait faire partie de ces royaumes, le sacrifice de certaines libertés individuelles était nécessaire.

Et il y a quelques centaines d’années, une révolution majeure a permis de changer la société humaine avec l’invention de l’impression papier. Cela a facilité la communication, mais cela a permis également de centraliser encore plus les royaumes et les grandes villes. Mais dans le même temps, la connaissance imprimée sur le papier a permis de l’étendre à de nombreuses couches de la population qui n’avaient pas accès à ces informations. Ainsi, les gens ont étés mieux informés sur les décisions politiques et tout de suite, on a vu la révolution de la démocratie qui est arrivée dans la foulée.

Ce simple aspect d’une communication plus facile nous a permis de faire les plus grands changements de la société. Et à chaque fois, un changement dans la manière de communiquer présage une nouvelle révolution.

Bien sûr, on ne peut pas totalement prétendre que la baisse des couts de la communication ont permis ces changements. Car l’être humain a un besoin viscéral d’être plus libre et plus autonome. Ce besoin a fait est que cet être humain a éprouvé le besoin d’en savoir plus sur le monde qui l’entoure et la facilité de la communication l’a aidée dans sa tâche.

Si vous regardez le monde du travail dans les années 1800, on voit des modèles d’entreprises familiales. Chacun commerçait dans son coin et ensuite, on a inventé de nouveaux modes de communication avec le téléphone, le télégraphe et la machine à écrire. Cela a permis de changer le secteur des affaires en passant d’une petite société familiale aux grosses corporations qu’on connait aujourd’hui. Et on voit la même corrélation entre les affaires menées en famille et le fait que les anciens se réunissaient en clans avant d’évoluer vers des groupes plus importants. Et en maitrisant la connaissance et l’économie à grande échelle, l’humanité a connue une ère de prospérité sans précédent.

Toutes les grandes entreprises actuelles se basent sur ce modèle de travail qui est apparu dans les années 1900.

Vous, les travailleurs dans ces entreprises, vous pensez que vous travaillez dans la modernité ?

Non, parce qu’en travaillant pour ces entreprises, vous répétez le même modèle que les personnes dans le passé qui ont dû sacrifier une partie de leurs libertés lorsqu’ils étaient sous la coupe des rois et des sultans.

De la même manière que l’impression sur papier a renforcée le pouvoir des monarchies pour un temps, on voit la même centralisation qui augmente chez les grosses entreprises à cause des nouveaux modes de communications. Car les pionniers de ce mouvement sont toujours les premiers à en profiter avant que la masse en bas de l’échelle commence aussi à connaitre les avantages de cette révolution.

Mais il a suffit de quelques années à la démocratie pour renverser la plupart des gouvernements tyranniques lorsque les gens ont compris le pouvoir de l’information et qu’ils ont pu communiquer plus facilement.

Avec les nouvelles technologies telles que le mail, la messagerie et internet, il est tout à fait possible de créer une économie qui permettrait de donner le maximum de pouvoir et de contrôle à la masse pour qu’elles prennent les meilleures décisions.

Si on donne plus de responsabilité aux employés, ils se sentiront plus impliqués dans l’entreprise et ils seront donc plus créatifs et plus innovants. Plutôt que de suivre les ordres, ils participeront personnellement en donnant le maximum.

Les entreprises décentralisées sont généralement plus flexibles que ce soit vis à vis de leurs employés ou de leurs clients. Etant donné qu’ils offrent plus de choix, ils donnent également plus de chances aux gens d’obtenir ce qu’ils veulent réellement. En un mot, la décentralisation est d’offrir toute la liberté aux gens.

Mais certains pourraient dire qu’on revient au modèle familial des années 1900 où des membres d’une famille participaient collectivement à chaque décision. Et bien non, c’est tout le contraire même si ce modèle familial était un bon départ. Ces modèles familiaux ont disparus parce qu’ils n’avaient pas l’information nécessaire pour s’étendre et concurrencer les grosses corporations qui sont apparues par la suite.

Maintenant, imaginez une entreprise de quelques personnes qui ne possèdent aucune hiérarchie qui pourrait accéder aux informations d’une grosse corporation. Imaginez la flexibilité, la créativité et la réduction des couts qui résulterait d’un tel modèle de travail.

Prenons une petite entreprise qui se lance dans l’artisanat. Autrefois, elle devait se baser uniquement sur des producteurs locaux, mais aujourd’hui, internet lui permet de connaitre tous les producteurs dans le monde entier. De même, internet lui permettra de passer d’une vente locale à une vente mondiale. La décentralisation permet une liberté dans les deux sens. Donc d’un coté, elle peut bénéficier des meilleurs produits, mais elle peut également bénéficier d’une économie à grande échelle sans les contraintes d’une grosse corporation. Cette entreprise pourrait communiquer avec les clients potentiels recueillant leurs avis et elle pourrait acquérir une plus grande expérience par la même occasion.

Bien sûr, cette décentralisation extrême n’est pas adaptée pour tous les secteurs. Par exemple, les semi-conducteurs sont un secteur très spécialisé et même une communication facilitée avec la masse ne permettrait pas de bénéficier de cette décentralisation. Mais les secteurs spécialisés se basent sur le fait que des personnes ont pris le temps d’acquérir de nouvelles connaissances. Et c’est exactement la base de la décentralisation : Offrir plus de connaissances en facilitant la communication.

Cette révolution dans l’économie et le travail ne se fera pas du jour au lendemain, mais personne ne l’arrêtera et elle ne disparaîtra jamais.

La décentralisation sera bénéfique à la société humaine, mais cela prendra du temps avant que les gens ne se rendent compte de son potentiel. N’oublions pas qu’il a fallu des décennies pour que l’impression papier s’impose au public sans oublier les multiples révolutions sanglantes pour imposer la démocratie.

La décentralisation subira de nombreux échecs sur sa route et on a déjà des exemples avec la bulle technologique de 2000 ou même celle qui se produit actuellement. Et à chaque échec, les gens diront que ce modèle ne marche pas, qu’il est trop utopiste et qu’il vaut mieux rester dans le modèle d’antan.

On peut citer aussi l’exemple de la crypto-monnaie, une devise complètement décentralisée et dont le contrôle est assuré par l’utilisateur. La faillite de MtGox qui a tenté d’imposer une vision centralisée à un concept décentralisé fait dire aux gens que ce concept de monnaie est voué à l’échec et que la vieille économie a encore gagnée.

Si elle avait gagnée, pourquoi assiste-t-on à la création de nombreuses crypto-monnaies sur le marché ? Pourquoi les gens investiraient-ils dans un concept s’ils pensent que c’est voué à l’échec ?

Mais le coût de la communication baissera à chaque année et décennie après décennie, cette révolution de l’économie et du travail prendra place. Cette décentralisation devra se battre centimètre après centimètre en convainquant les entreprises de la viabilité de son modèle.

Et qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

 

Vous pouvez déjà brandir vos étendards de la décentralisation et vous pouvez crier que vous voulez participer à la révolution. Mais la triste vérité est qu’on ne se débarrasse pas d’un conditionnement du travail qui existe depuis des siècles. Même si on vous parle de nouvelles techniques de Management, vous pensez tout de suite à une hiérarchie classique centralisée et vous pensez que les seuls changements sont en surface. Pour embrasser cette révolution, vous avez besoin de changer cette mentalité rétrograde qui continue à perpétuer les anciens modèles.

Plutôt que d’utiliser des concepts de commandement et de contrôle, vous devez penser en termes de coordination et de culture. Quand vous coordinez, vous organisez le travail et vous aurez de bons résultats même si vous ne contrôlez pas le processus. La coordination se base sur des choses qui doivent être faites et les relations entre elles.

Quand vous prônez la culture, vous amenez le meilleur d’une situation en combinant correctement le contrôle et la liberté. Dans certains cas, on donne souvent des commandements, alors qu’on devrait donner la liberté aux travailleurs de développer leurs propres points forts. La culture est un équilibre délicat entre un contrôle centralisé et décentralisé.

En fait, le paradoxe est que la meilleure manière d’avoir le pouvoir est de le donner.

Cependant, la coordination et la culture ne sont pas des contraires du contrôle et du commandement, mais ce sont leurs évolutions. Le rôle du Management va beaucoup changer à l’avenir et c’est à vous de décider si vous voulez rester avec votre mentalité d’autrefois ou que vous voulez participer pleinement à la révolution de la décentralisation.

Vos choix

 

Comme les révolutions démocratiques, la révolution du travail amènera des changements drastiques dans l’économie, les organisations et la perception culturelle de notre société.

Beaucoup parlent de la démocratie en disant qu’elle est un échec, mais je préfère dire qu’elle a fait son temps.

La démocratie était une piste pour nous aider à percevoir la liberté et non le moyen ultime pour l’obtenir. Car au final, la totalité des démocraties actuelles utilisent encore les techniques de gestion et de prise de décision prônés par les systèmes tyranniques.

La décentralisation permettra à tout le monde de construire un monde meilleur. Que vous soyez celui qui écrira la prochaine Déclaration d’Indépendance ou que vous fassiez de petites choses au quotidien pour participer à cette révolution, votre contribution sera déterminante pour l’avenir de la société humaine. Il n’y a pas de petits ou de grands efforts, mais qui uniquement des efforts qui vont dans la même direction avec le paradoxe que ces efforts ne proviennent de la même direction.

Cette nouvelle économie proposée par la décentralisation permettra de créer une nouvelle ère de prospérité, mais elle serait inutile puisque la révolution précédente nous a déjà donné cette prospérité. Mais cette révolution va créer un monde économiquement viable, mais également un monde meilleur.

Tout dépend de ce que vous allez faire à votre niveau, car une telle révolution n’implique pas que vous devez attendre les autres pour la lancer ou pour participer. Soit, vous participez à l’avenir, soit vous restez dans le passé et la caractéristique du passé est qu’il est condamné à disparaître.

 Traduction libre de l’article source

N'oubliez pas de voter pour cet article !
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Vous aimerez aussi...

Pas de réponses

  1. KoS dit :

    Tu as sans doute voulu écrire 1795 au lieu de 1975 au tout début, ça semble un peu plus logique 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils