Tipeee et Patreon, les nouveaux financements participatifs avec leurs bons et mauvais cotés

 

L’argent est un vrai problème dans notre vie quotidienne, mais c’est encore plus grave sur le web. La monétisation se basant uniquement sur la publicité, les annonceurs et les géants du web dominent le secteur en écrasant les créateurs de contenu comme des insectes. Pour contrer cette hégémonie, de nouvelles initiatives voient le jour avec des financements participatifs, mais c’est encore balbutiant et parfois, on voit des revers peu reluisant de la médaille.

On a déjà deux modèles de financement participatif avec Kickstarter et Flatrr, mais ils proposent des approches totalement différente. Kickstarter permet de financer une idée tandis que Flatrr se base sur des micro-donations dans les contenus. Le problème du premier est que parfois, l’idée est très bonne, mais on obtient une gigantesque arnaque, car les créateurs n’ont pas tenus leurs promesses. Par ailleurs, le rachat d’Oculus Rift par Facebook montre que les créateurs se foutent complètement du public qui les financent. Oculus Rift avait levé près de 2 millions de dollars, mais il n’a rien donné en échange et il est reparti comme un mafieux en empochant tout son pactole. C’est pourquoi, le modèle de Kickstarter est menacé à cause de la baisse progressive de confiance dans la plateforme.

Tipeee

 

tipeee

 

Tipeee et Patreon proposent également un financement participatif, mais on peut le considérer comme un mélange entre Kickstarter et Flatrr. En gros, Tipeee vous permet de supporter un créateur de contenu sur le long terme. Principalement apprécié des vidéastes sur Youtube, le public peut donner une somme par vidéo et cela permet au créateur d’avoir un revenu régulier. Il n’y a pas d’engagement à proprement parler même si on peut payer dans une forme d’abonnement. Si on donne 2 euros par vidéo et que le créateur fait 4 vidéos par mois, cela revient à 8 euros par mois. Dans l’idée, le concept est intéressant et nous montre une tentative de contrer la monétisation publicitaire et les géants du web par la même occasion.

Par ailleurs, Tipeee rémunère les internautes avec des bonus tels qu’un remerciement personnalisé du créateur, une conversion par Skype, un Hangout, mais au lieu d’un remerciement, je le vois plutôt comme des perles aux autochtones.

Mais il suffit de gratter la surface pour voir que ça pue à des kilomètres. Tipeee est une plateforme qui a été lancé par My Major Company qui prétendait financer les musiciens et les chanteurs. Mais la réalité est différente. My Major Company a été accusé à maintes reprises d’exploiter les artistes et surtout, elle répète les pratiques des majors qui est d’attendre que l’artiste ait récolté une somme considérable avec les dons des internautes avant de le produire.

Le Point et Numerama nous montrent des aspects détestables de My Major Company. Mais on peut penser que Tipeee est totalement différent, mais une compagnie préserve toujours ses pratiques du moment que cela remplit ses poches. Tipeee peut être utilisé à la fois pour identifier les bons créateurs, mais également pour identifier les créateurs qui suscitent la générosité des internautes. Ensuite, Tipeee pourrait promouvoir uniquement les artistes les plus rentables. On est loin du financement participatif et très près du financement par extorsion.

Patreon

 

patreon

Tipeee n’est pas une idée originale, car elle s’inspire de Patreon, une plateforme américaine. L’idée est exactement la même, mais sur Patreon, le financement des internautes doit être sur le long terme. On ne peut pas donner en une seule fois et il faut s’abonner pour supporter le créateur.

 Est-ce que Patreon respecte mieux les internautes et les artistes que Tipee ? Je l’ignore. Mais le fait est que Patreon a été crée par Jack Conte, un vidéaste et musicien qui cherchait un nouveau type de monétisation pour supporter ses créations. Donc, l’idée de Patreon est venu d’un besoin tandis que Tipeee semble juste plagier ce concept avec un Label avec des pratiques douteuses derrière.

Certes, des initiatives telles que Tipeee ou Patreon ne sont pas encore parfaites, mais elles présagent la voie à une monétisation qui supprimera les intermédiaires pour que l’argent aille directement de l’internaute vers le créateur. Le principal inconvénient et on peut l’observer dans toutes les tentatives de révolutionner un modèle obsolète est que les acteurs de ce modèle obsolète ont tendance à vampiriser le nouveau concept et l’idée de base perd de tout son intérêt.

Regardez le Bitcoin qui prétendait être une monnaie totalement décentralisée, mais son exploitation par Mt Gox, qui voulait centraliser cette monnaie, a crée l’une des plus grosses faillites financières de cette année. La création d’un nouveau modèle de création et de monétisation doit être la priorité, mais on doit également faire en sorte que ce modèle appartienne exclusivement à ceux qui l’ont crée, car les spéculateurs de tout poil viendront détruire le concept et on sera restera emprisonné dans les anciens modèles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s